Le dimanche à Bamako... il fait chaud !

Publié le par Afrikatrip

Le dimanche à Bamako... il fait chaud !

Bonjour à tous,

On sait que vous les attendiez depuis longtemps, que vous en mourrez d'impatience, que vous en rêvez la nuit, et que votre grand-mère vous les réclame, alors sans plus attendre pour voir les photos sénégalaises, cliquez ici.

La suite des aventures dakaroises est un peu plus culturelle, puisque nous sommes allés visiter l'île de Gorée, haut lieu de la traite des Noirs. Île magnifique, quoique reconverti en un attrape touriste géant, elle est un émouvant témoignage des innomables conditions de détention des esclaves avant la grande traversée vers l'Europe ou l'Amérique. Le lendemain, nous nous sommes balladés dans Dakar. Grande ville de l'ouest africain, la capitale donne une impression de fourmillière géante où chaque petite fourmi à quelque chose à faire. A une échelle globale, on à l'impression que tout va dans tous les sens n'importe comment alors que l'on se rend compte que finalement tout est assez organisé.

Episode important de notre périple, nous avons pu, grâce à BEM, faire un enregistrement dans les studios de Sud FM, première radio privée du Sénégal, interviewés par le rédacteur en chef, s'il vous plait !! Nous vous tiendrons au courant de notre date de passage !

Nous commencons à bien sentir la chaleur, la température atteint les 30-35 degrés en journée avec des soirées plus fraiches. Nous partons le lundi après midi après avoir visité deux lycées francais et fait des adieux déchirants à nos hôtes.

Nous sommes accueillis le lundi soir au monastère de Keur Moussa par le père Kata où nous nous arrêtons pour nous reposer. Guillaume est faible.Le pauvre est fievreux et très fatigué. Le frère infirmier déclare que le paludisme a sévit. Supportant héroiquement sa fièvre Guillaume se sent déjà mieux quand les tests sanguins nous révèlent que ca n'était pas le palu! Martin en a profité pour découvrir la magnifique faune et flore du monastère... et harceler le pauvre malade de photos et de vidéos.

Nous reprenons la route mardi et espérons arriver dans une grande ville (enfin un grand hameau) afin d'avoir une retransmission du match OL-Bordeaux. Nous nous arrêtons vers 19h (21h heure francaise) à Kaolack et descendons dans une auberge où nous espérons voir le match. Clim, télé, tout semblait parfait, sauf qu'il n'y avait pas le match, la télé ne diffusant que 3 chaines. Grosse désillusion... Nous suivons donc le match par textos interposés. Heureusement, l'OL a gagné (pour ceux qui ne le savent pas encore) !

Le lendemain, direction frontière malienne par Kidira. La douane et la police sénégalaise nous tamponnent facilement les papiers, nous arrivons quelques kilomètres plus loin à la frontière malienne vers18h. Nous donnons nos papiers, les douaniers refusent notre carnet de passage en douane et nous demande de payer un passe-avant pour être en règle.

"Combien?"

"5 000 CFA, mais il est plus de 16h et avec les heures supplémentaires c'est plus cher..."

"Combien?"

"15 000 CFA..."

Normal...

Nous passons donc la nuit sur le parking des douanes maliennes afin de payer le passe avant 5 000 CFA le lendemain matin. Le soir, nous avons regardé le match Barcelone - Arsenal sur une petite télé avec les douaniers et les routiers. Très bonne ambiance, à majorité pour Barcelone. Nous nous couchons dans notre 4x4 et sentons (au propre comme au figuré) que nous n'allons pas pouvoir dormir tout de suite. La chaleur nous fait transpirer sur place, chaque mouvement est un effort considérable. Nous avons installé la moustiquaire au dessus de la voiture, ce qui nous protège des moustiques mais qui nous enlève aussi un peu de vent... Il faut se concentrer très fort et penser à autre chose. Nous nous endormons / somnolons assez tard. Mais la nuit ne s'arrête pas là.

A 4h du matin, 3 bus d'africains provenant de Dakar en direction de Bamako arrivent et se garent le long de la 4L. En sortent des africains surexcités, en colère de s'être arrêté à la douane et de dormir ici, apparemment ce n'était pas prévu au programme. Et ca discute et ca discute, certains sont adossés à la 4L, puisque nous sentons qu'elle bouge de temps en temps. Les esprits se calment, chacun s'installe le long des bus et donc de la 4L, mais certains discutent jusqu'encore tard dans la nuit.

Le passeavant à 5 000 CFA payé, nous allons jusqu'au poste de police faire  nos papiers. Le policier voulait nous faire payer son tampon 2 000 CFA alors que le passe avant avait déjà été visé par les services de police. Lui nous disait qu'on aurait des problèmes. Nous avons demandé au chef de police qui nous a dit que c'était bon... Nous nous sommes ensuite rendu à Kayes pour prendre une assurance pour la voiture. Sur la route nous nous arrêtons pour déguster quelques délicieuses mangues et acheter de l'eau fraiche. Le soir, après avoir roulé sous une chaleur étouffante (40 - 43 degrés), nous demandons l'hôspitalité dans un petit village Soninke (peuple nomade agriculteur) en pleine brousse. Nous y sommes très bien acceuillis.

"Tu sais mon frère, on est tous pareils, on est tous frères"

Nous sommes constamment suivis par une horde d'enfants qui épient chacun de nos gestes. Omar, jeune homme de 17ans est un des seuls a parler francais étant allé a l'école jusqu'en 6ème. Il nous sert de traducteur et nous explique le mode de vie et le fonctionnement du village. Nous sommes frappés par la pauvreté du village, où les maisons sont construites en terre cuite et en paille, où les femmes puisent l'eau et où les enfants travaillent dans les champs.

Le lendemain, nous remercions nos hôtes puis nous dirigeons vers Bamako. Nous dormons à la mission catholique où soeur Albertine et soeur Jeanne nous accueillent. Nous rencontrons Manuel, étudiant en ingéniérie forestière avec qui nous partageons le même dortoir et qui nous donne plein de bons plans et conseils sur Bamako.

Nous assistons à une magnifique veillée pascale (de 3h) façon "sister act" avec chorale et en présence de l'archevèque de Bamako. Après la veillée (22h30 => 01h30), les soeurs nous proposent un petit goûter auquel nous nous empressons de participer.

Pour les photos Dakar-Bamako, cliquez ici.

A très bientôt pour de nouvelles aventures !

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Nannie 09/04/2010 11:51


Je pense fort à toi Guillaume et je suis bien contente d'avoir de tes nouvelles. Bonne route à vous 2. je t'embrasse.


Tinmar 07/04/2010 19:21



Alala ! les aventures continuent ! c'est merveilleux d'avoir ces nouvelles, on s'y croirait !!! Ce soir, match retour (t'as vu comme je suis !), je le regarderai en pensant à vous.


La bonne bise fraîche parisienne.



Elisabeth Jacquelin 04/04/2010 18:25



Enfin des nouvelles je trouvais le temps long !


les photos sont superbes, les textes très interessants, Pour Guillaume Pierre prescrit un bon coup de nettoyant carburateur!


Blague à part nous espèrons qu'il va mieux.


bises à vous deux